DÉVELOPPER L'EMPLOI LOCAL : Le Collectif du grand Belcier a rencontré Euratlantique

Publié le par Noëlle Ribot

Les associations s'interessent de près à l'évolution de l'emploi local, et notamment aux impacts des projets d'Euratlantique. C'est donc principalement sur ce point que le collectif du grand Belcier qui réunit une vingtaine d'associations locales, demandait à être reçu par la direction d'Euratlantique.

Lors de la réunion du 13 avril, les échanges furent encourageants...Voici le compte rendu de cette rencontre.

 

Frédérix Declosse (Carle Vernet), Christian Robert (conseiller technique Floirac), Noëlle Ribot (CGB) représentaient la commission insertion professionnelle du collectif dont la démarche est centrée sur l’emploi local (cf doc.), et sur l'importance du chômage des jeunes et moins jeunes dans le quartier..

Claire Contamine directrice adjointe d'Euratlantique, reçevait la délégation. Elle situa d'emblée le question de l'emploi dans les compétences globales de l'OIN1

 

  •  Concernant les clauses d’insertion 

 

L’OIN est l’« aménageur » en charge de l’évolution du territoire, donc de son destion…en tant que « Maître d’ouvrage », il procède aux acquisitions foncières, conduit les travaux et engage la revente des terrains. A ce titre, il est habilité pour mettre en œuvre des clauses d’insertion dans les chantiers concernant les espaces publics (routes, espaces verts…) peu nombreux en général comparativement aux espaces et chantiers privés. Les bailleurs sociaux et tous les marchés publics (non connus encore) s’inscrivent de fait dans les clauses d’insertion. Toutefois, L’OIN s’est engagé (charte à la signature) avec les 3 PLIE (Plan Local d’Insertion par l’Economique : Bdx , Hts de Garonne, Graves) pour inscrire une clause d’insertion dans le cahier des charges de certaines aménageurs privés. Il souhaite jouer un rôle d’influence, tout en soignant son image et celle des entreprises engagées, avec parfois des clauses plus légères (moins de 5% de la main d'oeuvre par exemple) pour les aménageurs privés.

Les conditions seront listées et écrites lors des promesses de vente entre Juin et décembre 20912. Il y aura une convention opérationnelle pour chaque phase et l 'application de ces clauses d’'insertion seront gérées par les "plie", ce qui est un point très positif.

Le CLIP de Bordeaux est aussi directement concerné par cette question. Frédéric Brouard y siege et pourra être informé et nous informer des démarches.

  • Concernant les entreprises locales 

La question est plus complexe car l’OIN est soumis au code des marchés publics. Nous demandons s’il est possible de jouer sur la taille des lots (non tous corps d’état) pour que les PME puissent s’inscrire, ce qui est effectivement envisagé. Il pourra être aussi prévu de poser des exigences, de travailler avec des entreprises d’insertion (relais concernant la main- d’œuvre) et de favoriser l’innovation (voir Pichey, promoteur/aménageur de la filière Bois, ossature bois local…). Il est proposé que les bailleurs sociaux et les structures locales relèvent le défi d’autant que le Conseil régional concernant la formation sera d’accord…

Question concernant des « délocalisations » éventuelles : comment préserver l’économie locale et que le quartier réponde à une mixité de fonctions ? il n’y aura pas de « parc d’activités », ni d’expropriation sauf nécessité impérative (Point P par ex) : il y aura des « locaux d’activités » ; les négociations se feront, selon le type d’entreprise, au niveau de la CUB (ce n’est pas un projet urbain), pour les maintenir sur le secteur  au sein de projets immobiliers (rez de chaussée de parking ou d’immeuble…par ex).

Le coût du foncier sera un élément déterminant…. 

Echanges concernant une éventuelle « pépinière d’entreprises », celle proche du Conservatoire concerne t-elle tout le territoire ? quelles sont les orientations professionnelles ? Qui est promoteur ? (Mairie ? Chambre des métiers ? Caisse des dépots ?) C. Contamine se renseigne, de même qu’elle contactera le « CREPI » (clubs régionaux d’entreprises pour l’insertion) qui travaille déjà avec les PLIE et nous a dit être favorable à une démarche d’embauche et de développement d’économie locale.

C. Contamine et nous mêmes convenons de nous tenir informés de l’avancement de nos démarches.


Noëlle Ribot porte parole du Collectif du Grand Belcier


1 Opération d'intérêt National Euratlantique 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article