Projet de pont Jean Jacques Bosc : Ou en sommes nous en ce début 2012 ?

Publié le par EMEL

 

Le 20 janvier 2011, la concertation prenait officiellement fin. Quelques jours avant, le 6 du même mois, les 18 recommandations émises par les instances de concertation étaient remises aux élus. La concertation durait depuis début 2009.

Se posaient alors de nombres questions : Quel serait pour la suite du projet, le devenir des recommandations ? Quelle place prendraient elles dans la suite du projet* et dans la matérialité du pont à venir ? La population, les associations de la société civile, auraient elles la possibilité d'exercer leur vigilance comme elles l'avaient demandé au travers de l'une des recommandations

Questions importantes car de fait, les recommandations en question relèvent de préoccupations d'intérêt général : - limitation des impacts sur la population, sur l'environnement – choix d'un type de pont urbain, favorable au développement des transports collectifs, moins polluants, aux modes de déplacement « doux » – pont comme espace public propice à la rencontre, la promenade..etc..

Qu'en est il aujourd'hui, un an après la restitution des recommandations aux élus de la CUB, de ces questions. Voyons un peu !

 

Durant les 12 derniers mois, plusieurs évènements permettaient de voir s'esquisser quelques réponses.

 

L'engagement du président Feltesse

Par courrier envoyé fin juin aux membres du CPC (Comité Permanent de Concertation), Vincent Feltesse, prend plusieurs engagements notables.

 

Il remercie tout d'abord l'ensemble des acteurs de la concertation pour la qualité des débats, la pertinence des recommandations, et souligne l'intérêt pour la Cub des enseignements à tirer de cette expérience, et notamment des évaluations qui en ont été faites (associative et du Cpc).

 

Ensuite il prend plusieurs engagement :

  • Poursuivre le dialogue avec les citoyens comme demandé dans les recommandations 17 et 18.

  • Mettre en oeuvre des moyens d'informations jusqu'à l'achèvement des travaux, notamment sur le site de la Cub. Réaliser une exposition des projets présentés au concours par les équipes des candidats à la maitrise d'oeuvre.

     

  • Maintenir jusqu'à la mise en service du pont, un groupe composé comme l'ancien CPC, représentatif de la société civile, des élus, des projets périphériques (Euratlantique et autres), des techniciens de la Cub chargés de la maîtrise d'ouvrage

Les attributions de ce groupe : être un lieu d'information mutuelle et de médiation entre la « maitrise d'ouvrage » et la « maîtrise d'usage ».

  • Faire entrer des membres de ce groupe dans le jury chargé de choisir l'équipe d'architecte et bureau d'études qui construira le pont.

 

Le groupe de contact et/ou de liaison : Premier pas dans l'accompagnement du projet, participation à la définition du cahier des charges du pont

Mis en place en juin, il s'est réuni à deux reprises. D'une part pour définir ses attributions, son fonctionnement, ses moyens nécessaires et d'autre part pour débattre et amender le pré-programme Plusieurs modifications proposées par les membres associatifs du groupe étaient ainsi intégrées au projet (pré-programme).

 

Le Conseil de Cub et élus, les décisions

Après avoir adopté l'ensemble des recommandations en avril, le conseil de CUB adoptait en juin le pré-programme (projet de pont) et la composition du jury intégrant deux représentants associatif de la société civile, membres du Cpc et du nouveau groupe de contact.

 

Le jury du 25 Novembre

Dernier événement en date, la réunion du jury chargé de choisir 5 candidatures parmi les 15 qui se sont exprimées pour la réalisation du pont. Parmi ses membres, les deux représentants associatifs.

avaient la possibilité de d'argumenter en faveur des équipes d'architectes et bureaux d'études qui leur paraissaient les mieux placés pour réaliser un pont traduisant. Première occasion pour eux de faire entrer dans les choix de candidatures, les priorités issues de la concertations.

 

Pour l'avenir, l'impératif de la dynamique inter associative

Nous ne soulignerons jamais assez l'importance du travail collectif des associations1 pour aboutir aux acquis indéniables de cette concertation, même s'il faut se garder de toute sorte de triomphalisme et rester vigilant quant à la suite....

Sans ce travail, la concertation n'aurait pas été aussi loin dans la prise en compte de l'intérêt général. Sans cette dynamique collective, les préoccupations de la société civile, de ses citoyens, n'auraient pas pu prendre place :

  • Dans le contenu des recommandations,

  • Dans la définition du pré-programme du pont,

  • Dans la nouvelle concertation qui va accompagner le projet de pont jusqu'à son achêvement

  • Dans le jury qui choisira l'équipe d'architecte et urbanistes qui va réaliser le pont (et son projet)

 

La dynamique collective et inter associative doit donc continuer. Elle se doit d'apporter ses contributions et sa vigilance, son poids, tout au long de la réalisation du pont. Mais elle doit aussi prendre en considération « ce dans quoi » le pont va arriver : un carrefour des différents chantiers qui vont transformer l'agglomération alentour. Et tout cela, en relation avec la population et ses représentants

 

Il est essentiel qu'il y ait cohérence entre l'esprit qui traverse les recommandations de la concertation relative au pont et la manière dont vont se « faire » les projets Euratlantique à Bordeaux, Bègles et Floirac, et bien d'autres encore dans les mêmes villes (Zac des quais de Floirac, Bègles ORU, Bègles 2030) etc etc..

Le pont, par exemple, ne sera t'il pas par le moyen de franchissement pour tous les flux de circulation générés par les nombreux projets alentours ? Quels flux ? De voitures ? De piétons ? De cyclistes ?

Le groupe de contact et liaison, avec la mission de transversalité que lui confère l'une des recommandations, aura un rôle à jouer. Jusqu'à quel point ? Il est bien trop tôt pour le dire.

 

En définitive, il appartient à chaque citoyen, à chaque association de prendre place dans le mesure de ses possibilités dans la dynamique du groupe inter associatif.

Prochain étape : Le 26 Janvier 2012 première réunion du groupe de contact .

 

Michel Lalanne

 

Pour tout renseignements, proposition : adresser un courriel à :  intercacub@gmail.com

 

 

 

 

 

 

 

 

1

 

Publié dans Suivi Pont JJ Bosc

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article